Champex Lac

Appelée par les amoureux de belle nature, le petit Canada, cette station pittoresque est lovée autour d’un magnifique lac alpin. Entre Le Châtelet et le Catogne, un magnifique plateau naturel et préservé, accueille ses hôtes avec chaleur.

Etape principale sur le Tour du Mont-Blanc en été, Champex-Lac cultive une longue tradition touristique. Au début du vingtième siècle els premiers touristes contribuèrent à l’éclosion puis au développement d’une des plus belles stations de notre Valais. En été, le val d’Arpette est un endroit protégé immanquable. Champex-Lac est un haut lieu du tourisme de randonnée. La station propose encore de nombreuses activités de loisirs et de sports, comme la balade sur le lac en barque ou pédalo, la promenade sur les berges, VTT.

Côté culture et patrimoine, deux perles illuminent cette station. Le Jardin botanique alpin, présente à tout un chacun la diversité et la richesse du biotope alpin.

Le fort d’artillerie souterrain est un monument de la stratégie de défense militaire suisse. Entièrement souterrain, cet édifice comporte outre des postes de défenses, une infirmerie, des lieux de repos, une cuisine,etc...
Un monde fascinant, au coeur de la montagne dans une ambiance étrange : une forteresse cachée sous les alpes. Le fort d’artillerie de Champex-Lac constitue le pivot central du dispositif fortifié de la région du Grand-Saint-Bernard.
Construit en 1940 et 1943, modernisé et adapté à un évenuel conflit nucléaire durant la période de la guerre froide, l’ouvrage a été utilisé par l’armée suisse jusqu’en 1998. Plus de 600 mètres de galeries creusées dans la montagne. Totalement invisible de l’extérieur, le fort pouvait abriter 300 hommes
Le fort d’artillerie souterrain est un monument de la stratégie de défense militaire suisse. Entièrement souterrain, cet édifice comporte outre des postes de défenses, une infirmerie, des lieux de repos, une cuisine, et d’autres surprises encore

Classé secret jusqu’en 1998 ce fort a été construit durant la seconde guerre mondiale pour défendre l’axe du Grand-St-Bernard